jeudi 1 octobre 2009

C'est dans les vieux pots...

Le graphisme, c'est de la curiosité, de la culture générale à renouveler sans cesse, une accumulation d'informations plus ou au moins inutiles, des références, des inspirations, on regarde ce qui ce fait et ce qui a été fait pour voir ce qu'on pourrai faire. Et parfois, on préfère ne rien voir pour ne pas être influencé.
De cette gloutonnerie quotidienne nait parfois l'admiration. Je me transforme en groupie, je suis "fan de", je ne crie pas encore comme un hystérique en m'arrachant mon T-shirt les yeux mouillés par l'émotion, mais, lorsque je découvre quelque chose ou quelqu'un qui me fascine, alors là, je suis happé. Je fouine au maximum pour tout savoir sur le sujet. Malheureusement, une journée ne dure que 24 heures et j'ai un cerveau qui ne retient qu'une info sur deux, il est binaire, le pauvre.
J'ai pensé à ça car je voulais faire un vrai article de fond en hommage aux couvertures du magazine Esquire (voir la "cover gallery") entre 1955 et 1965. Donner les noms des directeurs artistique, les illustrateurs, du patron de l'époque...
Mais en fait, merci wikipedia et les blogueurs du monde entier, parce que sinon j'aurai rien trouvé.
Les couvertures ont vues apparaître un petit personnage tiré des dessins de E. Simms Campbell, ce personnage devient redondant et on joue avec lui, sous la direction artistique de Paul Rand un graphiste génial, faut aller voir son site, il mériterai que je post une page rien que pour lui. Mais la période la plus interessante à mon goût, c'est 1958 à 1964 pour la direction artistique de Robert Benton.


















1 commentaire:

  1. Beau beau beau et tellement plus original que What else en cover... :)

    RépondreSupprimer